Merci

Il pleut encore,je vais fermer ce volet. Désespérant ce temps
Je m’installe confortablement devant mon écran, la tasse de café a la main.
www.forum.voissa.com, mes doigts sont habitués par la manœoeuvre et filent comme l’éclair sur le clavier.Direction créations érotiques, voyons voir quoi de neuf…
hum un texte m’attire ….je survole les mots,et petit a petit je sens la chaleur sur mon visage,je mords inconsciemment l’intérieur de mes joues.
Mais l’effet le plus visible ne se voit pas, il reste bien caché entre mes cuisses, sous mon jean, sous ma culotte, bien au chaud,encore timide et hésitant
Mon esprit divague au gré du texte qui défile sur mon écran, mon désir grandissant, l’envie de mains me caressant sous le bureau est omniprésente, celle de me faire prendre aussi, et vagabonde l’esprit…Ce texte me fait mouiller méchamment, je suis bien obligée de le reconnaitre.
Mes jambes se croisent et la sensation de la couture de mon jean sur mon sexe me fait frissonner, je serre les cuisses un peu plus fort, la caresse se décuple
Croisement et décroissement,serrage de cuisse,frottements de plus en plus intense…
Finalement je déboutonne ce pantalon devenu un obstacle.
Ma main vient caresser le coton de ma culotte, se pose sur l’humidité bien avancée
Caresses nerveuses sur le tissu du bout de mes doigts tremblants,je sens la forme de mes lèvres, de mon sexe débordant d’envie .
Un tour rapide sur mon périnée, me fait doucement gémir, je m’incline un peu plus vers l’arrière, et appuie plus fort mes doigts aventuriers, je devine mon clitoris,retourne vers mes lèvres gourmandes de caresses, et entame des aller-retour de ma petite perle a l’entrée de mon sexe , toujours au dessus du tissu
Mon autre main effleure ma poitrine d’où jaillissent mes tétons, durs et fièrement dressés
Poitrine indécente qui ne cache rien de mon émoi
Je me lève un peu ,et baisse mon pantalon et ma barrière de coton à mi cuisse
Ma main caresse maintenant mon sexe sans aucune retenue,mes doigts me visite ,un seul d’abord, puis deux, trois. j’ai l’impression d’être inondée, je masse mon clitoris furieusement d’une main tandis que l’autre me fouille adroitement
Et je joui ainsi dans un râle, sauvagement
Un orgasme volé a l’auteur de ce texte, derrière son dos, a l’arrache
Je lui dirais certainement pas, aucune raison pour que je le fasse