Madame

Le souvenir de vos seins me revient clairement quand je repense à cette nuit .
La façon dont ils se balançaient doucement d’un coté à l’autre, scintillants de sueur , signalant les orgasmes que vous aviez déjà eu au moment où j’ai pousse la porte de cette chambre, pour vous trouver là, sur ce lit, à 4 pattes, face à la porte, avec son sexe enfoui en vous .
Vous m’avez vu entrer et sourire en contemplant ce tableau
Vous avez levé la tête, vos tétons dressés vers moi , durs et roses de plaisir .
Vous avez souri de cette manière féline que vous avez, propre à vous
Vous m’avez fait signe d’approcher , pour que je goûte vos lèvres .

L’initiative n’était pas de moi , vous l’aviez trouvé sur voissa , j’étais passée à coté
Juste un toyboy à la recherche de quelqu’un pour jouer avec lui
Nous nous partagions ses photos, imaginant son corps en action, son sexe en émoi
C’était celui ci qu’il nous fallait

Et maintenant , il était là dans votre chambre , débordant d’énergie sexuelle ..
maladroitement vous essayez de me déshabiller , de vos doigts tremblants
Je le regardais , s’activant, besognant , votre chatte serrée glorieusement autour de son sexe
Ses mains sur vos hanches semblaient presque délicates , si ce n’est ses doigts s’enfonçant dans votre peau pour vous maintenir immobile
et les muscles tendus de ses cuisses contre votre cul

sans cérémonie , j’enlevais cette robe qui résistait à vos assauts, la laissant tomber sur le sol devant vous
Vos ongles ont arrachés ma peau quand vous avez tiré vers le bas , cette culotte qui vous gênait tant
à peine je fus à genoux devant vous que votre bouche commençait déjà à s’activer sur mon sexe , votre langue s’immisçant sur mon clitoris , encore timide

J’ai fermé les yeux un instant , et je vous ai laissé sucer, aspirer , mes mains caressant vos boucles brunes

Vos lèvres se sont fait plus fermes, vous sembliez vibrer totalement
J’ai levé les yeux et j’ai établi un contact visuel avec lui pour la premiére fois , yeux dans les yeux

Vous avez écarté votre visage de mon sexe, une chaîne de salive reliait mon clitoris à votre bouche
Chaîne que vous vous êtes empressée de casser afin de vous en barbouiller les lèvres
puis vous êtes revenue à la charge, gourmande, et sauvage , telle une ventouse acharnée , votre langue tournant encore et encore sur mon clitoris
Je coulais , et vous récupériez tout hâtivement , telle une affamée
mes lèvres s’ouvraient pour libérer leur nectar qui vous est cher
puis ce fut le point culminant, je ne puis retenir ce jet qui vient s’exploser sur vos lèvres et mouiller le drap sous moi, sous nous
vous avez fini de lécher consciencieusement , tandis que notre toyboy s’afférait , tel un pauvre diable , ses yeux dans les miens

Je me remis sur mes jambes et décida de m’asseoir , dans ce joli fauteuil , dans le coin de la chambre pour admirer ce spectacle

Mes jambes tremblaient un peu , je dois bien l’avouer

Vous vous êtes retournée et vous êtes assis sur le lit , votre visage face à son sexe humide de votre plaisir
son sexe paraissait tellement dur , plus conséquent que sur ses photos
Vous avez enroulé votre main sur sa queue , votre geste était précis, de bas en haut, énergique , à peine avais je le temps d’apercevoir le gland jouant à cache à cache
Alors que vos mouvements ralentissaient, il se pencha et frotta le creux au-dessus de votre clavicule, puis prit l’un de vos mamelons durs entre ses dents, vos corps se rapprochant de plus en plus l’un de l’autre

puis , Il s’est allongé, se soutenant sur ses coudes et vous l’avez enfourché, en inclinant vos hanches et en tenant son sexe contre vous, afin que vous puissiez faire glisser votre clitoris d’avant en arrière sur toute la longueur de son sexe

Vous avez tourné la tête et vos yeux se sont posés sur moi , un sourire, puis un clin d’œil qui voulait dire : « regarde comme je vais le baiser ce nouveau jouet »
ma langue caressa mes lèvres , à la limite du rire , celui qu’on peut avoir, narquois et moqueur

Vous avez commencé à le prendre en vous, lentement, centimètre par centimètre
et vous avez commencé à le monter de plus en plus fort, vos mains sur ses épaules et ses doigts serrant votre cul.
Votre main s’est tendu vers moi, vous avez haletez un « viens » d’une voix chevrotante

C’est ainsi que je vous ai rejoins , admirant la vue de vos fesses et de leur joyau , votre sexe pénétré et dégoulinant sur ce joli sexe
De vos deux mains vous avez écarté les fesses, ma bouche est venu se coller sur votre œillet , le lubrifiant de ma salive
le pénétrant de ma langue qui s’était fait dure et pointue
Vous vous êtes balancée en avant , le cul bien haut , découvrant la queue ruisselante que ma bouche découvrit , léchant chaque goutte de votre plaisir, parcourant chaque veine de cette hampe généreuse

Vous vous êtes retirée, collant votre sexe à son ventre
Je déglutis difficilement et le pris dans ma bouche, surprise immédiatement par l’étirement et la meurtrissure de mes lèvres ressentis par sa circonférence.
Je pouvais vous goûter, pas seulement sur ma langue, mais dans ma gorge et mon nez, mélangé à cette saveur masculine tellement chaude

j’ai vu vos doigts bouger furieusement entre vos jambes, l’intérieur de vos cuisses couvertes de sueur et votre propre humidité

Sa queue me déformait la bouche, appuyée par ses coups de reins énergique
Vous avez gémi quand vous avez finalement vu mon nez s’appuyer contre son bassin

Vous avez pris une poignée de mes cheveux et m’avez fait monter et descendre, puis, juste au moment où mes yeux ont commencé à pleurer vous m’avez tirée vers le haut , et vous êtes remonté avec empressement sur lui pendant que je prenais une bonne dose d’oxygène

Vous avez glissé tout le long de sa hampe et avez planté vos mains de chaque côté de lui, me tendant votre cul
Mes doigts s’enfoncèrent sans résistance, un, deux … le mouvement était frénétique , allant et venant au plus profond possible
sentant les vas et vient de notre invité au travers de la fine paroi , littéralement, je le branlais à travers votre cul
ma main s’adapta au rythme de vos hanche

puis… vous vous êtes rendue madame , vous avez mordu son épaule dans un râle étourdissant , un cri de jouissance ultime
mes doigts restant ancrés au fond de vous , je sentis les soubresauts de sa queue , sa jouissance quasiment sous mes doigts
son foutre débordant de votre sexe , le sien rendant l’âme

Vous vous êtes décollée de lui , de mes doigts

tandis qu’il se levait , puis se diriger vers la salle de bain , vous êtes venue vers moi, me déposant des baisers dans le creux de mon cou, jusqu’à la naissance de mes seins

Vous m’avez murmuré : « J’ai juste besoin d’un moment pour reprendre mon souffle – après tout,nous l’avons jusqu’au matin »