Le démarcheur

Je ne sais pas vous, mais pour ma part, je n’apprécie pas particulièrement le démarchage en tout genre .
Ou du moins ..je n’appréciais pas, avant cette journée là.
Un après-midi quelconque, après un long réveil quelque peu difficile, il faut bien que je précise qu’à cette époque j étais serveuse dans une boite de nuit et que les after avaient tendance a s’éterniser
Petite hésitation : dvd ou playstation, avec un peu de chance je vais pouvoir redormir devant l’écran .
sursaut…qui peut frapper a la porte ? je me demande a quoi ça sert de taxer un loyer de ouf si tout le monde peut rentrer dans la résidence comme dans un moulin, j en parlerai surement a l’agence immobilière .
Premier verrou, deuxième verrou, tiens ça aussi, je me demande pourquoi j’ai investi dans ce système de sécurité puisque de toute façon, je suis entrain d’ouvrir à je ne sais qui : michael Myers ,jason Vorhees ou un zombi bouffeur de cervelet (il risque de rester sur sa faim )
Toutes ces perspectives me font sourire, avoir peur de chimères me fait toujours penser a mon enfance, et du gros méchant du dessous du lit.
Bref, j’ouvre donc ma porte et vlan … paralysie oculaire . impossible il s’est gouré de porte. Qu’est ce qu’un type en costard cravate et avec une encyclopédie, du moins je présume, viens faire ici. Oh non le vieux cliché du type pot de colle qui veut refourguer ses encyclos.
Il se présente, j’écoute a peine, je me demande de quoi j’ai l’air devant ce type, mon vieux levis déchiré qui contient plus de trous que de tissu mais j’y peux rien, c’est mon fétiche (et il allait me le prouver), un vieux tee shirt nike délavé et trop large.Oh my god, il est drôlement beau ce type tout de même
cette façon de passer ses doigts autour de son nœud de cravate ,je sens bien que ça le gène ,je lui enlèverais bien tiens .
plus il débite, plus je pense a la sienne et ça manque pas de me faire sourire .
Il me raconte que ce livre est extraordinaire, qu il va m aider a me guérir si un jour je suis malade, bien que j ai l air en bonne santé bien sur
Il déconne là? je suis dans le cirage et j’ai mal aux cheveux . Et le silence fut …
-Vous n’avez rien écouté ,pas vrai?
Perspicace le petit gars
-Et si vous m’expliquiez un peu mieux devant un café?
Voila la proposition est lancée et.. Oh joie ,il accepte
Il pénètre donc mon intérieur ,en attendant autre chose .Je sens mon instinct de prédatrice s’éveiller.
Je nous sers deux tasses de café un peu trop fort . Il s’installe dans mon canapé et pose son gros livre médical sur ma table basse

-Ça fait longtemps que vous faites ce job? je lui demande
-Trop longtemps ,ça intéresse personne

Ben tu m’étonnes…Il devrait faire strip teaser il aurait, beaucoup plus de chance de faire marcher sa petite affaire
-Vous avez un joli tatouage …
Voila la conv est lancée ,en général mon tatou marche très bien pour l’accostage. Va savoir pourquoi
Du vouvoiement on passe au tutoiement, sans stress, une deuxième tasse s’impose.
J’apprends qu’il est étudiant en médecine, et qu’il démarche pour arrondir ses fins de mois.
Je remarque qu il tripote toujours sa jolie cravate, je lui dis qu il  peut l’enlever et  il m’explique que c est son colloc qui lui fait le nœud parce que lui il déteste ça et galère toujours a l’enlever
évidemment comme je suis gentille et toujours prête a rendre service ,je me propose pour lui retirer, chose qu’il accepte sans hésitation
je m’affaire donc sur le bout de tissu, je suis a quelques centimètres de son visage, et je me rends compte qu il a le sourire aux lèvres ,je sens que mon stratagème est découvert.
sa main viens se perdre dans ma nuque et il attrape mes lèvres.son baiser est doux et vorace a la fois.
je suis assise sur lui ,sa bouche me dévore le cou ,les joues ,la bouche ,il entreprend d enlever mon tee shirt ,ce qui libère mes seins tendu par l’excitation
il les caresse et vient du bout des lèvres en titiller le bout . d un geste sur il m allonge sur le canapé ,enlève sa veste ,et revient déguster ma bouche ,puis descend a nouveau sur ma poitrine pour la mordiller
j’ouvre sa chemise immaculée ,lui enlève sa ceinture . nous restons ainsi chacun torse nu a nous dévorer ,a nous lécher et nous embrasser
je ne sais par quel miracle ,je me retrouvais a genoux devant lui en train de lui déboutonner le pantalon pour en faire surgir un sexe de taille considérable .
je commence par le lécher sur toute sa longueur ,jouant avec les contours de son gland ,l’aspirant par a-coups. ses mains s’agrippent a mes cheveux, dirigeant la vitesse et la profondeur de ma bouche . mon instinct de prédatrice a disparu
laissant place a une soumise entièrement sous le contrôle de son amant.
il me murmure d’enlever mon pantalon.je me relève donc et fais glisser ce qu il reste de tissu le long de mes cuisses,dévoilant un string couleurs camouflage,ce qui me fait sourire a nouveau après cette exercice de pompes
je le prend par la main et nous nous dirigeons vers ma chambre ,je me mords la lèvre inférieure en réalisant qu un numéro de têtu traine pas loin de mon lit
il rit ,me porte a bout de bras et m allonge sur le lit ,sa main vient s insérer entre le tissu de mon string et mon minou tout lisse ,il a l’air d’apprécier et viens y glisser sa langue ,savourant  mes lèvres ,et jouant avec mon clitoris que je devine gonflée de plaisir
a mon tour de le diriger ,mes mains caressant sa nuque
sa langue parcourent mes cuisses ,s’attarde dans le creux de mes genoux ,descend le long de mes mollets et vient doucement ,mais avec une grande assurance lécher la plante de mes pieds qui ,par chance,  fait partie de mes zones éro-sans-génes
-attends ,je reviens  me dit il
hum ,en pleine action ,quel culot quand même ,mais en quelques secondes il est de retour ,le temps d aller chercher sa cravate dont il me lie les mains ,et me voici abandonner a sa bouche et a ses mains ,qui parcourent chaque centimètre de mon corps
chaude comme de la braise,j’ai envie de lui crier de me prendre,mais je n en ai pas le temps ,qu il enfile un preso ,qu il avait surement du prendre dans sa veste en allant chercher sa cravate,et d un coup franc du bassin ,il me pénètre .
étant de constitution  étroite,et malgré la cyprine qui s’écoule de façon presque inconsidérée,je l’ai senti passé et mon petit cri perçant aurait du  lui signaler et pourtant c est violemment qu il continua ses va-et-vient, sa technique fut toutefois radicale car je viens
rapidement, et pas silencieusement…
mes mains attachées dans le dos me faisaient mal maintenant, je lui murmure de me détacher,chose qu’il entreprit .il me fit asseoir sur le bord du lit ,et se positionna devant moi ,le sexe tendu a hauteur de mon visage ,plus de préservatif ,une main le branlant énergiquement
tandis que l autre caressait mon visage ,mes cheveux ,ma nuque
le premier jet vint se déposer sur ma joue, le second au bord de mes lèvres en attente que je vienne le récupérer du bout de la langue,le troisième sur ma paupière
mon beau démarcheur s’agenouilla devant moi, et me débarbouilla le visage avec sa langue,récupérant sa semence puis il me fit le baiser le plus profond de toute l’histoire de mes baisers de célibataire

notre ébat fut furtif mais inoubliable, depuis j’apprécie beaucoup plus les démarcheurs